Une nouvelle étape s’amorce pour le projet Gazoduq

Marie-Christine Demers, Directrice principale Affaires publiques et Relations avec le milieu pour Gazoduq

Gazoduq a confirmé le dépôt de sa Description initiale de projet à l’Agence d’évaluation d’impact du Canada (AEIC). L’entreprise amorce ainsi une nouvelle étape du processus fédéral d’évaluation d’impact de son projet de conduite souterraine de transport de gaz naturel. La description initiale de projet vient témoigner du sérieux et de la rigueur qui se trouvent au cœur des valeurs de Gazoduq et de sa démarche réglementaire.

Entrevue avec Marie-Christine Demers, Directrice principale Affaires publiques et Relations avec le milieu pour Gazoduq.

La description initiale de projet présente des renseignements importants dont, entre autres, la raison d’être du projet, les activités qui y sont associées, les éléments connexes à son infrastructure ainsi qu’une description du milieu d’accueil. En somme, on y retrouve plusieurs des composantes qui feront l’objet d’un examen conjoint par l’AEIC et la Régie de l’énergie du Canada (REC).

Disponible sur le site Web de l’AEIC, la description initiale de projet résume aussi les démarches d’information et de consultation menées par Gazoduq auprès des communautés autochtones et locales jusqu’à présent. À ce sujet, l’entreprise a récemment confirmé qu’elle poursuivrait au cours des prochaines semaines ses activités de consultation publique afin de bonifier le projet et son étude d’impact environnemental. Gazoduq consultera notamment les organismes régionaux d’intervention dès cet automne sur le thème de la sécurité et de l’intégrité des structures afin de mettre au point ses plans de mesures d’urgence.

Mentionnons également que l’AEIC entreprendra de son côté une première période de mobilisation et de consultation du public et des groupes autochtones relativement à la description initiale de projet déposée par Gazoduq, et verra à préparer un résumé des enjeux résultant de ladite consultation. La consultation de l’AEIC qui se déroulera sur son site Web s’échelonnera sur une période de vingt (20) jours.

Tel qu’annoncé au lancement du projet il y a près d’un an, en plus des processus devant l’AEIC et la REC, Gazoduq participera à une analyse approfondie du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec (MELCC), menant à une évaluation par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Le projet suivra également le processus réglementaire de la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) et demandera les permis requis auprès des autorités ontariennes compétentes. Des démarches auxquelles Gazoduq est engagée à participer pleinement et de façon rigoureuse.