Un tribunal nouveau genre maintenant fonctionnel à La Tuque

Cet après-midi avait lieu le lancement du projet pilote de tribunal spécialisé en violence sexuelle et en violence conjugale au palais de justice de La Tuque. C’est le ministre de la Justice Simon Jolin-Barrette et la députée de Laviolette-Saint-Maurice Marie-Louise Tardif qui ont procédé à ce lancement.

De nombreuses victimes hésitent à dénoncer leur bourreau et à porter plainte. La députée Marie-Louise Tardif a confié avoir déjà été rejointe par des victimes qui ne savaient pas où trouver de l’aide. C’est une des raisons pourquoi le gouvernement a souhaité créer ce tribunal spécialisé.

Dès ce mercredi, le 20 avril, le projet sera effectif. Un espace dédié a été aménagé dans le tribunal pour que les victimes se sentent dans un espace sécurisé. Les déplacements sont aussi repensés pour éviter que victimes et accusés ne se croisent. 

La Tuque a été choisie pour ce projet pilote en raison des particularités de son territoire. Le ministre de la Justice a assisté au lancement par visioconférence, n’ayant pas pu faire le déplacement en raison de la tempête. Il a expliqué que le secteur de La Tuque enregistre un nombre de cas moins élevé comparé aux autres endroits touchés par le projet pilote. Cela permet à La Tuque d’être facilement comparées à plusieurs villes du Québec. Les enjeux liés aux populations autochtones expliquent aussi ce choix.  La composante avec la Nation atikamekw a été un facteur qui a fait pencher la balance vers La Tuque comme le gouvernement a la volonté de rebâtir la confiance entre les nations.

Des organismes locaux vont former les intervenants.

Tous ceux qui travaillent au tribunal spécialisé suivront une formation dans les prochaines semaines pour être familiarisés avec la réalité vécue par les victimes. Le gouvernement a choisi de s’appuyer sur les ressources locales. À La Tuque, l’organisme le Toit de l’amitié sera notamment mis à contribution pour former le personnel. 

Chaque victime aura un intervenant référent du centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) et un seul procureur sera chargé du dossier pendant toutes les procédures. Avec tous ces aménagements, le gouvernement promet un accompagnement soutenu et adapté et ce pour tout le processus judiciaire.

La création de ces tribunaux fait suite à l’adoption du projet de loi 92 déposé par le gouvernement Legault le 10 septembre 2021. La députée de Laviolette-Saint-Maurice espère que ce projet deviendra un modèle qui se concrétisera dans l’ensemble de la province.

En plus de La Tuque, quatre tribunaux font partie du projet pilote : Québec, Salaberry-de-Valleyfield, Granby et Drummondville.