Pour économiser, vaut mieux magasiner maintenant pour son repas des Fêtes

Image d'illustration par Depositphotos

Selon le professeur Sylvain Charlebois, directeur du Laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie, il est déjà temps pour les gens qui reçoivent pour les Fêtes de commencer à planifier des achats pour épargner le plus possible. L’expert du domaine agroalimentaire précise que l’on épargne rarement en épicerie la semaine avant Noël et celle du Jour de l’an.

Le repas traditionnel des Fêtes au Canada est généralement constitué d’une dinde avec farce et légumes d’accompagnement, de tourtières et d’un ragoût de boulettes, suivi d’un dessert plutôt riche et élaboré. Cette année, les prix sont plus élevés que jamais auparavant. En utilisant les données du Laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire, un repas traditionnel de Noël pour un groupe de 4 à 6 personnes coûtera en moyenne 104,85 $. Alors que le taux d’inflation alimentaire commence à diminuer, plusieurs consommateurs constateront que les articles qui composent un menu traditionnel connaissent des augmentations de prix similaires, voire plus élevées. La dinde a augmenté d’environ 5 %, les pommes de terre de 6,6 %, les carottes de 12,8 %.

Cependant, lorsque que l’on examine les coûts par unité d’un repas de dinde complet avec de la sauce et des petits pains, du gâteau aux fruits et du lait de poule, on constate que le coût par personne totalise 9,48 $, un prix plutôt raisonnable.

Les consommateurs pourraient toutefois abandonner la dinde et la farce, en choisissant des solutions alternatives moins coûteuses à partager avec leur famille et leurs amis. Notamment le poulet est moins dispendieux que la dinde. De plus, M. Charlebois indique que le jambon réduira le coût du repas à environ 7,79 $ par personne en moyenne.

« Même si la nourriture est différente, l’acte de manger ensemble demeure l’aspect important de ces traditions, et non pas la dinde en elle-même. Alors que les gens sont confrontés à des prix alimentaires plus élevés, plusieurs explorent des moyens innovants de célébrer les Fêtes, en mettant l’accent sur l’esprit de convivialité et la joie de partager, peu importe le menu servi à table », conclut le Dr Charlebois.