L’eau de bouleau latuquoise révolutionne la cosmétologie

L’eau de bouleau qui s’échappe lors du déroulage des billes de bois aux Industries John Lewis de La Tuque servira dorénavant à la confection de produits cosmétiques haut de gamme sous l’appellation Boréaderme.

Si l’eau de bouleau suscitait déjà de l’intérêt et des interrogations sur son utilisation il y a une dizaine d’années, c’est en 2015 que des recherches plus poussées par des chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi ont permis de découvrir des propriétés innovantes.

Éric Bouchard est vice-président exécutif du Groupe Rémabec, propriétaire des Industries John Lewis. Il explique en quoi consiste cette importante découverte.

Les travaux de recherche appliquée sur les propriétés de l’eau de bouleau blanc ont été amorcés en 2015 par les chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi. 

Équipe de chercheurs : 

• M. André Pichette, docteur en chimie des produits naturels 

• M. Jean Legault, docteur en pharmacologie 

• M. Lionel Ripoll, docteur en formulation cosmétique et pharmaceutique 

• Étudiants universitaires 

Les travaux de recherche et de développement sur l’eau cellulaire végétale (plus communément appelée l’eau de déroulage du bouleau blanc) ont permis de démontrer des propriétés cosmétiques innovantes Anti-âge : prévient et lutte contre le vieillissement de la peau. 

L’effet protecteur antioxydant sur les cellules de la peau protège ces dernières autant de l’extérieur que de l’intérieur comparativement à d’autres produits qui n’agissent qu’à l’intérieur ou à l’extérieur des cellules. 

Fort pouvoir antioxydant comparable à la quercétine, un témoin positif reconnu comme un antioxydant superpuissant. 

• Effet antioxydant supérieur à celui des extraits de bleuets, de sureau et à la vitamine C. Ingrédient très actif

• Joue un rôle contre la pollution externe et les stress environnementaux (exposome) tels que les infrarouges, les UV et les polluants (métaux, tabac), et ce, avec de petites concentrations d’extrait d’eau de bouleau compte tenu de sa superpuissance. 

Stimule la production de collagène et de l’activité anti-inflammatoire

« Nous souhaitons poursuivre les travaux de recherche en ce qui a trait aux propriétés cosmétiques. De plus, nous souhaitons pousser les recherches afin de caractériser les propriétés pharmacologiques de l’eau de bouleau blanc. Présentement, l’eau de bouleau est traitée en laboratoire, nous sommes à la recherche de solutions pour « mécaniser » le traitement de l’eau (la filtrer et en extraire l’eau enrichie) à l’échelle industrielle tout en conservant ses propriétés » explique Éric Bouchard de Rémabec.

« Ce produit s’inscrit dans la tendance de produits de beauté plus naturels, plus verts. Nous sommes tous de plus en plus conscientisés à l’importance de faire des choix plus verts, plus durables, meilleurs pour la santé, qui auront un impact positif sur les générations futures ».

« Nous voulons attirer des entreprises soucieuses de l’aspect naturel ou vert de leurs formules, telles que Lise Watier, L’Oréal Paris, G.M. Collin, L’Occitane, Caudalie, et autres. »