Le propriétaire des Loups réagit à la position de Ville de La Tuque

Le propriétaire des Loups de La Tuque, Gilles Veillette, estime que la situation est « assez urgente merci » à environ trois semaines du camp d’entraînement et des parties hors-concours.

Le torchon brûle entre l’organisation des Loups et la ville de La Tuque qui veut inclure une clause en rapport avec toutes formes de violence lors des parties des Loups au Colisée Denis-Morel.

Déjà décriée par les conseillers Luc Martel, Jean Duchesneau et la conseillère Caroline Bérubé, qui se sont opposés à cette clause au protocole d’entente à intervenir entre La Tuque et les Loups, cette fois, c’est le propriétaire des Loups, Gilles Veillette, qui ajoute sa voix aux protestations face à l’ajout de cet article au contrat.

Voici l’entrevue que nous a accordée Gilles Veillette