Le prix de l’essence et la fin de la Classique de canots font réagir le président de la CCIHSM

Thierry Bilodeau. Photo Michel Scarpino - Monlatuque.com

Pour le nouveau président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Haut-Saint-Maurice (CCIHSM) Thierry Bilodeau, le fait d’être en région éloignée peut jouer contre La Tuque lorsqu’il est question du prix de l’essence.

On sait que le sujet a fait jaser au cours des dernières semaines alors que l’essence se fait en dés jusqu’à 17 plus cher le litre en Haute Mauricie que dans les régions voisines.

Selon M. Bilodeau, les Latuquois se retrouvent pris au piège puisqu’il n’est pas possible d’obtenir des prix plus bas sans parcourir une longue distance.

Aussi, se propose-t-il d’obtenir une rencontre avec les députés de la région afin d’en savoir un peu plus long.

Le président déplore que bon nombre d’entreprises qui doivent faire du transport par camion se retrouvent à payer beaucoup plus cher pour l’essence.

Classique de canots

La disparition annoncée cette semaine de la Classique internationale de canots de la Mauricie a généré une onde de choc autant pour la Basse que la Haute-Mauricie.

Pour le président de la CCIHSM, c’est malheureusement le reflet de ce que vivent les entreprises qui vivent des difficultés au niveau du financement et des ressources humaines. 

Aussi, Thierry Bilodeau verrait d’un bon oeil le fait de s’asseoir et de définir ce que sera la vision du Haut Saint-Maurice.

Il perçoit favorablement la tentative de la députée de Laviolette Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, de relancer la Classique de canots, une initiative qui sera peut-être conjuguée à celle de canotiers qui souhaitent toujours descendre la rivière Saint-Maurice dans le cadre d’un événement sportif.