Historique du Festival de chasse

Les membres Optimistes, vers le début des années 80. Photo courtoisie.

Recherches par Jean-Maurice Burquel et André Mercier

Texte par André Mercier

Il est très important de vous mentionner que les recherches ont été faites en étroite collaboration avec la Société Historique de La Tuque et du Haut Saint-Maurice et son président, M. Denis Adams.

Malgré toute la rigueur avec laquelle nous avons travaillé à cette recherche, nous oublierons peut-être des noms ou des événements, mais vous comprendrez que 50 années remplies de changements réguliers dans cette grande organisation, représente une somme importante d’informations de sources diverses. C’est donc simplement et humblement que nous vous présenterons un résumé des 50 années d’existence du Festival de chasse du Haut Saint-Maurice.

En 1967, tout était beau ! C’était l’année d’l’amour, c’était l’année d’l’Expo mais c’était aussi la première année d’existence du Festival de chasse.

Avant 1967, il y avait des concours de panaches à la Taverne Windsor et au Bar des Sportifs de M. Maurice « Peton » Gauvin.

Un groupe d’employés de l’usine CIP décide alors d’organiser un grand concours avec la complicité de la brasserie Molson et après avoir pris entente avec les organisateurs des deux concours de panaches. Ce Festival se tiendra au Club Latuquois du 19 septembre au 22 octobre 1967.

Au cours de ces quelques semaines, se succéderont des activités telles que présentation de films ou de conférences portant sur la chasse, concours d’appel à l’orignal, concours de panaches, série de spectacles au Club Latuquois, pour culminer avec une grande journée d’activités, telles que parade, dévoilement du concours de panaches, remise de prix et grand spectacle de clôture de l’événement.

Un total de 1377 chasseurs s’étaient inscrits au concours de panaches.

Au cours de la journée du 22 octobre 1967, plus de 2000 personnes se sont rendues au Club Latuquois afin de participer aux différentes activités.

Ce premier Festival de chasse, qui a donné naissance à celui que l’on connaît aujourd’hui était sous la présidence de M. Fernand Pelletier. Il s’était adjoint une équipe solide formée de 15 directeurs : Jean-Guy Bouchard (Jerry); Armand-Louis Tremblay; Alfred Bolduc; Norma Théberge; Martine Legendre; Réal Gauthier; Rosaire Bélanger; Henri Fraser; Élaine Aubé; Léo Ouellet; Georges Adams; Fernand Lagacé; Gilles Godin; Claudette Aubé et Étienne Gervais.

C’est M. Yves MacDonald qui a été le premier grand gagnant de ce premier concours de panaches. Victor Baillargeon; Guy Mulligan et Lucien Dallaire occupaient respectivement la 2e, 3e et 4e position.

Le président du comité, Fernand Pelletier, souligne l’importance du caractère populaire que l’on a voulu donner à l’événement qu’il présidera de 1967 à 1969, avant de céder sa place pour les années suivantes à Gerry Bouchard et par la suite Guy Gravel.

C’est en 1973 que le Club Optimiste décida de prendre la relève. C’est ainsi que naquit le Festival de chasse Optimiste dont le club comptait cette année-là une soixantaine de membres actifs.

En 1973, les activités se tenaient dans la plupart des établissements licenciés et le comité organisateur, sous la gouverne de M. Gaston Bolduc, est victime de la grande popularité du festival dont la soirée de clôture devait se tenir à la salle des Chevaliers de Colomb. Devant le nombre imprévu de billets vendus, le comité se tourna alors vers la ville de La Tuque, qui offrit le colisée municipal pour y tenir la soirée animée par un orchestre bavarois. Cependant, la soirée s’est terminée assez tôt parce que tout le monde avait froid puisque des panneaux de contreplaqué avaient été disposés sur la glace du colisée sans défaire la glace en dessous…alors à 23h il ne restait plus personne au colisée !

Jean-Marc Dumont a pris la relève de Gaston Bolduc et a solidement installée l’habitude du Festival de chasse à l’automne 1973 et 1974.

Sous son règne, on a poursuivi la tradition déjà existante au de la chasse aux faisans, une activité réservée aux dames qui se déroulait au Domaine touristique. Ainsi, en 1974, 100 faisans ont été pourchassés par une soixantaine de femmes qui s’étaient inscrites au concours.

Cette année-là, plus de 150 commanditaires se bousculent pour appuyer le Festival de chasse Optimiste.

C’est aussi cette année-là que l’on emménagea la première Cabane du Braconnier, dans le stationnement du magasin Spain, une idée qui avait été suggérée par le membre Optimiste Robert Bilodeau.

Parmi les activités présentées, mentionnons le bonspiel de curling; la parade de mode; la parade des panaches; des dégustations dans les bars dont une au Motel Todd; et la grande soirée de clôture au colisée avec les orchestres de Keith Olsen et de Paulo Rochette. Plus de 13 000 $ en prix ont été remis à cette occasion dont le tirage d’un voyage à Miami !

En 1975, sous la présidence de Robert Bilodeau, on présente le premier concours du Braconnier mystère. Un indice est alors dévoilé quotidiennement sur les ondes de CFLM par André «Bézime» Tremblay jusqu’à ce que la capsule soit découverte.

Cette édition du Festival de chasse est marquée par la présentation de bonspiel de curling du 23 au 25 octobre; d’une compétition provinciale de course cross-country réunissant à La Tuque plus de 540 coureurs de tous les coins du Québec; et d’activités gastronomiques diverses, dont la partie d’huîtres du Club Rotary.

La grande soirée de clôture se déroule au colisée et attire plus de 2800 personnes.

Chaque année, les activités se poursuivent avec de plus en plus de participants. Ainsi, en 1976, sous le règne du président Robert «Bob» Déziel, on dénombre 4300 personnes lors de la grande soirée au colisée au son d’un orchestre bavarois et de la légende de nos soirées canadiennes Ti-Blanc Richard. Fait à souligner, le prix du plus gros panache local en 1976 a été remporté par M. Denis Lambert avec un trophée de 60 pouces et 11\16e.

En 1977, Jacques Villeneuve prend la présidence du festival. Cette année-là, on implique encore une fois la population avec la grande besogne de décoration et la ville prend des allures aux couleurs du Festival. La Cabane du Braconnier s’installe sur la rue du Parc à l’arrière du centre social.

Parmi les faits saillants de cette édition, soulignons le concours amateur à l’hôtel Champlain avec 16 participants. La grande gagnante du concours était Dorothée Baillargeon. Fait à noter, le maire de l’époque, M. Lucien Filion, a profité du concours pour y interpréter la chanson Blue Moon.

La grande soirée de clôture commanditée par Loto-Québec, mettra en vedette Marthe Fleurant.

En 1978, Camil Gauthier assure la présidence du festival et le Déjeuner des placoteux devient quotidien, du lundi au jeudi.

Autre activité fort populaire en cette année 1978, le Bingo du festival organisé par les Optimettes.

À l’issu du festival qui a compté le passage de 5000 personnes au colisée on apprend que le Club Optimiste remet bon an mal an, 20 000 $ aux organismes et aux activités jeunesse de La Tuque.

Sous la présidence de Jacques Veillette, le Festival de chasse de 1979 est l’occasion du premier 20 Kilomètres du Braconnier qui attire 500 coureurs provenant de partout au Québec pour courir 3-10 ou 20 kilomètres sous la présidence d’honneur du marathonien Phil Latulipe.

Dans le journal L’Écho de La Tuque, les commerçants s’arrachent plus de 80 pages pour y annoncer leur Grande vente du Braconnier !

C’est en 1979 que le Club Lions tient sa Journée du 3e âge en collaboration avec l’Association des retraités et le Club de l’Âge d’Or.

Il y a aussi eu à une certaine époque au début des années 80 l’apparition d’une mascotte qui s’appelait ATUK personnifiée par le jovial Moïse Massicotte.

L’année suivante, en 1980, Denis Lafrenière assume la présidence. Parmi les faits saillants, mentionnons la présence de 900 personnes à l’Opti-Bingo et 732 coureurs aux 20 Kilomètres du Braconnier. Le Club Richelieu présente un souper chinois et une première course de canots de chasse est organisée.

Au cours des 15 années suivantes, le Festival de chasse Optimiste se poursuit en maintenant la tradition sous la présidence de Réal Tremblay; Guy Doré; Claude Bouchard; Denis Scarpino; Richard Lavoie; Lorenzo Ferland; Michel Lavoie; Jacques Boudreau; André Piché; René Cliche; Jean St-André; René Tremblay; Jacques Villeneuve et Renald Rochette.

Parmi les organismes participants depuis de nombreuses années, soulignons l’apport important du Club des Francs Gourmets avec leur traditionnel souper au steak !

Après plus de 22 années à développer et maintenir le Festival de chasse et d’en avoir fait une véritable tradition que les Latuquois se sont appropriés avec fierté, les membres du Club Optimiste prennent la difficile décision de ne plus organiser l’événement.

Donc, en 1996, le maire Gaston Fortin sonne l’alarme et décrète qu’il faut assurer une survie au festival. C’est par l’entremise de la MRC du Haut St-Maurice que Guy Éthier accepte de relever le défi avec l’appui des autorités de la MRC et de la Ville de La Tuque et un budget de 60 000 $.

Graduellement, on intègre l’organisation des Chevalier de Colomb, Conseil 1887, dans la poursuite de l’organisation du festival qui prendra la relève en 1998 sous la gouverne de Gilles Roy. Les trois années suivantes, c’est Guy Doré qui assurera la présidence jusqu’en 2001.

L’année suivante, Michel Pronovost relèvera à son tour le défi. Il sera suivi de Pierre-André Trahan en 2003 et Jean Gauthier en 2004 et 2005 avant que Guy Doré reprenne la présidence en 2006.

Jean Métivier succède à Jean Gauthier en 2007. Les deux années suivantes seront sous la présidence de Dany Doré.

Michel Day prend les commandes en 2010 et 2011, on voit naître une soirée de poker. L’organisation frappe aussi dans le mille avec les spectacles de Boom Desjardins, Marie-Chantal Toupin (qui était populaire à cette époque) et Kevin Parent …

Les déjeuners des placoteux prennent une ampleur considérable avec la participation des écoles de la ville. Résultat : 10 500 déjeuners sont servis cette année-là !

En 2012, le 40e festival sera l’occasion de rendre hommage aux anciens présidents. Les spectacles mettront en vedette entre autres, Andrée Watters et Élizabeth Blouin-Brathwaite.

En 2013, après le règne des Chevaliers de Colomb, c’est une nouvelle entité sans but lucratif qui prend la relève de l’organisation, soit la Corporation des Activités Populaires sous la présidence de Patrice Arvisais. Le Festival de chasse présente des spectacles majeurs, dont celui des Respectables et des Trois Accords. Le coureur Bruny Surin est aussi invité à titre de conférencier. Plus de 3500 billets du Festival de chasse ont trouvé preneur lors de cette présentation. Le budget de l’événement s’élevait à 260 000 $.

Sous la présidence de Philippe Sergerie, l’édition 2014 se solde par un autre succès populaire, avec plus de 9500 déjeuners servis lors des déjeuners des placoteux et par la vente de 900 billets pour le souper des forestiers mettant en vedette le fameux steak à Ti-Croc ! (On profite de l’occasion d’ailleurs pour saluer l’équipe de Patrick Moisan, qui, pendant de nombreuses années, a préparé des milliers de livres de fèves au lard et servi des milliers de ses fameux steaks lors des soupers des forestiers).

En 2015, toujours sous la présidence de Philippe Sergerie, qui tiendra ce rôle jusqu’en 2016 inclusivement, on atteint de nouveaux sommets. Patrick Moisan et son équipe servent 950 repas de steaks en 35 minutes ! Près de 14 000 placoteux se sont rencontrés au déjeuner et le seul matin du mardi aura attiré à lui seul, 2800 personnes.

La notoriété du Festival fait en sorte que les partenaires financiers de l’événement mettent encore l’épaule à la roue en injectant 120 000 $ dans la cagnotte du comité organisateur de Philippe Sergerie. On ajoute donc aux activités régulières, une Journée familiale. Lors du souper des forestiers, Ti-Croc atteint la barre des 1000 soupers servis en aussi peu que 40 minutes !

Pour le 45e Festival, en 2017, Mario Lebel décide de relever le défi de la présidence. Cette édition verra naître la possibilité, pour la première fois, de se procurer des billets par internet.

L’année suivante, en 2018, avec Mario Lebel aux commandes, on remet en marche la corvée de décoration et le résultat est très satisfaisant puisque 53 places d’affaires sont décorées aux couleurs du festival. Avec l’instauration de la prévente du billet au coût de 25 $, on réussit à en vendre 4000.

L’année 2019 aura été une année de changement. L’organisation sous la présidence de Jean-Claude Germain, décide de tenir l’événement au colisée au lieu du chapiteau qui était connu sous l’appellation de la Cabane du chasseur depuis de nombreuses années. L’événement remporte un grand succès et à titre d’exemple, le déjeuner familial du samedi a attiré à lui seul, 3000 personnes !

En 2021et 2022, on tient une seule activité majeure en raison des règles sanitaires et le mesurage de panaches a lieu en face de la Brassette du Coin.

Tout au long des 49 dernières années, plusieurs activités ont eu lieu régulièrement, dont la clinique d’ajustement d’armes à feu; la messe du chasseur; le dîner des aînés; le Salon des vins; la Soirée des chasseurs; le concours d’appel à l’orignal et de nombreuses autres activités qui sont apparues ou disparues au fil des ans.

Une chose demeure aujourd’hui et c’est la fierté du travail accompli par des centaines de bénévoles et de commanditaires qui ont maintenu ce festival en vie et qui renaît de ses cendres à l’occasion du 50e festival. Merci aux organisateurs qui ont décidé de reprendre l’événement et bon succès au président Thierry Bilodeau et son équipe, dans l’espoir que le 50e anniversaire devienne le nouveau début d’une longue série de futurs Festival de chasse et qu’ils se développent dans l’esprit du premier festival mis sur pied par Fernand Pelletier et son comité fondateur en 1967, un événement qui sera rassembleur et à saveur populaire !

Maintenant, pour terminer, parlons un peu des musiciens traditionnels qui ont marqué une grande partie de l’histoire du festival. En voici quelques-uns sur une photo prise au début des années 80 à la Taverne Beaudet, propriété de Viennay Bélanger qui est le premier sur la photo.

Ensuite, vous avez Aimé Rouillard; Charlie Landry; Gérard Lachance; Denis Côté; Gilles Gosselin et Lionel Mercier.

De tous ces musiciens qui étaient des premières heures du festival, il y en a un qui a survécu et qui est d’ailleurs plein de vie, le talentueux Denis Côté !

Thierry Bilodeau (président), Frédéric Larouche (vice-président), Guy Villeneuve (secrétaire-trésorier), Jocelyne Ricard, Amélie Joubert (administratrices) et Richard Blais (administrateur). Sonia Gagné (Club des Archers) vient compléter l’équipe du nouveau comité organisateur.