Feux de forêts | Un projet de loi est déposé pour mieux gérer les sinistres

Photo Sopfeu

Le ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, a présenté ce mercredi son projet de loi 50 qui a pour objectif de remplacer l’actuelle loi sur la sécurité civile, dans le contexte des changements climatiques et de la multiplication des catastrophes naturelles.

Suite à l’été historique sur le plan des incendies forestiers, le gouvernement du Québec veut améliorer sa gestion des sinistres.

Le projet de loi 50 clarifie notamment qui peut prendre quelle décision en cas de sinistre et permet au gouvernement et aux municipalités d’avoir des pouvoirs spéciaux. Ainsi les municipalités pourront déclarer un état d’urgence local pour une période maximale de 10 jours, et ce dans le but de protéger leurs citoyens. Le gouvernement pourra quant à lui déclarer un état d’urgence national, pour une même période maximale.

L’état d’urgence pourra être associé à un contrôle de la circulation, à des évacuations de personnes ou des confinements. Il sera aussi possible de réquisitionner des hébergements privés si cela est nécessaire et de déployer tous les effectifs utiles.

Une réserve d’intervention d’urgence

Si le projet de loi est adopté, une réserve d’intervention d’urgence sera créée pour supporter la SOPFEU et la Croix-Rouge.

Des hommes et des femmes seront donc formés pour venir en renfort en cas de besoin. Le ministre Bonnardel a précisé qu’ils ne remplaceront pas les Forces armées canadiennes qui continueront eux aussi de venir prêter main forte quand c’est nécessaire.

La SOPFEU changera quant à elle de gouvernance. Actuellement sous la responsabilité du ministère des Ressources naturelles et des Forêts, elle deviendrait celle du ministère de la Sécurité publique.