Des délais dangereux pour attendre une ambulance

Une enquête de Radio-Canada révèle que les résidents de La Tuque doivent attendre en moyenne plus de trente minutes avant l’arrivée d’une ambulance après avoir passé un appel d’urgence pour une personne dans un état critique.

En comparaison, le même patient en état critique attendrait seulement 9 minutes 54 secondes à Trois-Rivières. Le temps d’attente à La Tuque est l’un des plus élevés dans toute la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Un patient en état critique est un patient à risque immédiat de mortalité. Dans une telle situation, un délai d’une demi-heure avant de voir les secours arriver suscite beaucoup d’inquiétude. La situation inquiète d’autant plus que La Tuque n’est pas un petit village isolé et qu’il y a un bureau d’ambulances au sein de la municipalité.

Le délai d’attente à La Tuque est même plus long que dans des petites localités rurales comme Saint-Thècle.

Radio-Canada nous rappelle que les chances de survie en cas d’arrêt cardiorespiratoire diminuent de 70% après deux minutes d’attente et que celles-ci sont dramatiquement plus faibles après dix minutes. Ces délais mettent ainsi en danger les résidents de La Tuque.

Grand-Mère a une population semblable à celle de La Tuque, mais pourtant, le temps d’attente y est beaucoup plus raisonnable, tournant autour des 10 minutes.

On sait que les paramédics de La Tuque réclament depuis des années la fin des horaires de faction pour plutôt mettre en place un horaire à l’heure. Il y a même eu une manifestation d’appui à leurs endroits dans les rues de la ville plus tôt ce mois-ci.

Cette enquête aura de quoi leur donner des munitions. Avec la formule actuelle, les ambulanciers attendent un appel à la maison et doivent ensuite se rendre au bureau d’ambulances pour ensuite se diriger sur le lieu de l’appel d’urgence. Cela allonge significativement le temps de réponse.